Coordonnées

  • 418 623-2424
  • 1 855 623-2424
  • 5100, boul. des Gradins, Québec, G2J 1N4
  • Relations médiatiques : eric.levesque@sfpq.qc.ca
  • Demande d’accès d’information : responsableprp@sfpq.qc.ca

Adresse courriel

communication@sfpq.qc.ca

(Si vous travaillez pour la fonction publique ou parapublique, écrivez-nous avec votre adresse courriel personnelle.)

Les services offerts à la population par la fonction publique continueront de se dégrader, constate le SFPQ

25 novembre 2021

Dans la mise à jour économique présentée aujourd’hui, le gouvernement Legault propose une croissance insuffisante des ressources dans la fonction publique pour aider à la relance de l’économie et maintenir des services publics de proximité, déplore le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). À l’heure de la relance, le SFPQ propose plutôt de renforcer l’offre de services publics de la fonction publique et parapublique pour toutes les régions, dans la triple perspective de la résilience économique, de la transition écologique et du développement social du Québec.

« D’un côté, il y a plusieurs milliards de dollars accumulés dans le fonds des générations. De l’autre, de meilleurs choix fiscaux sont possibles. Le gouvernement de François Legault doit avant tout investir dans les services à la population. Dans la perspective de sortie de la crise sanitaire, il est primordial d’identifier de nouvelles sources de revenus notamment en luttant contre l'évasion et l'évitement fiscal tout en favorisant des investissements publics qui répondent aux besoins de la population, réduisent les inégalités et permettent de lutter contre les changements climatiques », explique Christian Daigle, président général du SFPQ.

Devant le problème endémique de pénurie de main-d’œuvre, le gouvernement Legault annonce des mesures qui ne tiennent pas compte du manque cruel de personnel qui affecte ses propres ministères et organismes. « Le gouvernement joue à l’autruche quand vient le temps d’adopter des mesures spécifiques pour améliorer l’embauche et cesser d’être le « club-école » des autres employeurs. Il doit reconnaître que son personnel mérite d’être mieux valorisé et respecté pour le travail accompli. Depuis deux ans, nous lui tendons la main pour trouver des solutions concrètes à l’amélioration des conditions de travail afin d’endiguer la pénurie de personnel, mais il continue de nier le problème », rappelle monsieur Daigle

  • Je sais tout
  • Vidéos

2020-06-03

Je sais tout - Hausse du salaire minimum

Détail